samedi 18 novembre 2017

Le palmarès 2017




Prix spécial du jury :


Poison Ivy  -  Anne Thévenot – Montpellier (34)


1er prix : Faena -   Ingrid S. Kim – Toulon (83)

2ème prix : Une autre musique Kamin Arada – Cachan (94)


3ème prix : Moi et les mathématiques (et le reste du monde)  - Sylvie Dagallier  (92)



Prix de la meilleure nouvelle rueilloise : 


Un matin d’automne - Chantal Cacault -  Rueil Malmaison (92)


LES FINALISTES / 

2 jours - Lucas Largeron
Intervalles - Anne Lurois
1986 - Katia Jaeger
L'homme et l'écureuil - Raphaëlle Adam
Entre les hommes - Alexandre Bonnet
Enfermées - Jean-Christophe Perriau
Imprévue - Michèle Gerber
Un malheureux épisode - Nathalie Noëlle-Faure
Tire-toi - Fanny Bidegorry
Le caribou Marie-Françoise Fuss
Petites lunes - Richard Maurel
Veiller sur toi - Stéphane Poirier
Parentese /parenthèse - Alexandra Estiot
Amsterdam - Elodie Schalenbourg
Dans la cour des grands -Valérie Duplaix
Fermer les parenthèses - Aurélie Nicolas
Brumes - Lili Nyssen
Illuminé - Nolwenn Vigneron
Homme libre - Jean-Pierre Dupré
Samedi soir dans une baignoire - Willy Play


vendredi 17 novembre 2017

Anne Valière, Ma grand-Mère habite dans un château



Plusieurs fois membre du jury Don Quichotte, Anne Valière cache sous son pseudo une plume pétillante. Passionnée depuis toujours par la littérature et l'écriture, elle a réalisé son rêve : publier un roman,  "Ma grand-mère habite dans un château".
Un charmant roman pour la jeunesse. Mais pas seulement...
Ce petit  livre élégant  a le goût de la madeleine qui nous propulse à nouveau dans l'enfance. Résultat : les grands l'adorent aussi, en voici la preuve. 



"Ma grand-mère ne vivait pas dans un château, mais c'était tout comme à mes yeux ! Quel bonheur de retourner en enfance en lisant ce livre...
Les vacances chez ma grand-mère, c'était quelque chose ! Ces parenthèses enchantées où on vivait comme des Robinson, où tout devenait aventure. Ce lieu unique, avec ses odeurs, ses couleurs... et ses bruits : ceux du voisin solitaire, par exemple, qui se mettait à jouer du saxophone sur sa terrasse tard le soir alors que j'étais au lit. Cette musique, à la fois effrayante car elle venait du voisin qui me faisait peur, et en même temps rassurante, car elle symbolisait tout : "j'y suis, je suis bien en vacances chez Mamie."
Tamara

Bref, on attend la suite avec impatience !


La quatrième : 

"Quand Violette et Iris passent les vacances d'été chez leur grand-mère, elles habitent dans un château.Un château comme dans les contes de fées ? Pas vraiment !Les murs s'écroulent, la nature pique et gratte, Mamie dit des gros mots, et sauf quand on pêche la carpe, il ne se passe pas grand-chose.Une nuit, pourtant, deux intrus tambourinent à la porte d'entrée. Mamie sort la carabine. L'aventure commence."

Editions Inédits

jeudi 16 novembre 2017

Compte petite et deviens...Camille Lysière


Si Don Quichotte devait décerner le prix de la persévérance, il serait attribué à Camille Lysière, fidèle participante à notre concours. Ses textes à la fois ancrés dans l'actualité et d'une grande justesse ont toujours été finalistes. D'autres concours n'ont pas résisté à sa plume sincère et délicate :  Troisième place au Prix Gaston Welter (Talange - 57) , et lauréate du Prix Gérard de Nerval (Le Touquet - 62 )
Quoi qu'il arrive à Rueil Malmaison, 2017 est son année ! Son premier recueil vient de sortir aux Editions Moires. Camille ou l'art de la chute...
Hommage clin d’œil : Elle nous rendra enfin visite le 18 novembre, Camille est enseignante et vit près de Pau. 

La quatrième : 


« Dix ! Je donne l’impulsion nécessaire pour projeter mon corps vers l’avant, rabattre au plus vite mes bras devant ma poitrine comme un oiseau referme ses ailes, les genoux fléchis, les talons pointés vers les remous de l’eau si claire, en bas, et les têtes casquées qui m’y attendent, comme posées sur le miroir translucide. Ça dure peu, je crois que j’ai fermé les yeux. Quand l’eau rentre dans ma combinaison néoprène par l’ouverture de mon col, je la sens descendre jusqu’à mes chevilles en un fil glacial qui parcourt ma peau de haut en bas. Ma respiration est coupée quelques secondes, je ne vois plus rien, je remonte à la surface, tousse un peu avant d’entendre les exclamations de ces fous qui m’ont entraînée là. »

Ce recueil rassemble dix histoires d’hommes et de femmes qui s’aiment, qui se déchirent, qui se cherchent, et puis tout bascule...

mercredi 15 novembre 2017

Thomas Giraud : Elisée avant les ruisseaux et les montagnes




Nous avons le plaisir d'accueillir Thomas Giraud dans notre jury cette année. Son ouvrage "Elisée avant les ruisseaux et les montagnes" a reçu un très bel accueil de la part de la critique. Dans le Monde des livres du 21 octobre 2016, Amaury da Cunha nous donne envie de suivre les pas
d'Elisée :



" C'est l'histoire d'un enfant qui décide de prendre son destin à contre-courant, en désobéissant à son père, refusant de devenir pasteur, comme lui. Alors il marche. Traverse la France, s'imprègne du paysage, ramasse des cailloux, scrute le mouvement des fleuvres. Médite à demi-mot.
Les phrases de Giraud, très visuelles, ont quelque chose de l'esquisse, elles sont accompagnées de "bouts de pensées" de son personnage, comme des instantanés photographiques. L'écrivain montre comment la conscience de soi doit d'abord, peut-être, passer par une imprégnation physique dans le monde. C'est l'éveil d'un regard et d'un esprit, sans cesse stimulés par une attention extraordinaire à la géographie. Car Elisée semble toujours désireux de voir surgir l'inattendu dans le monde ordinaire. "Il s'enfuit ruminer ses frustrations et tiraillements, déplacer des pierres. Pas déplacer des montagnes, juste ramasser des pierres et les faire voyager. De petits actes mesurables." Récit poétique qui n'affirme rien, n'entend rien démontrer, ce livre laisse cependant, dans la mémoire, des traces infimes de sensations physiques, qui donnent subitement envie d'aller marcher dehors." 

La quatrième : 

En imaginant ce qu'ont pu être certains épisodes de la vie d'Elisée Reclus (1830-1905), avant qu'il ne devienne l'auteur d'Histoire d'un ruisseau et Histoire d'une montagne, ce premier roman nous met dans les pas d'un personnage atypique et toujours d'une étonnante modernité. 

Découvrez le catalogue des (Editions) La Contre Allée qui propose des textes d'une grande qualité. 

L'aube sera grandiose - Anne-Laure Bondoux



Anne-Laure Bondoux, présidente de la 3ème édition de notre concours a remporté le prix 
Vendredi 2017 pour son dernier roman L'aube sera grandiose. 

Pour mettre en avant la littérature pour adolescents encore trop souvent méconnue, le Syndicat national de l'édition (SNE) vient de créer le "prix Vendredi" ainsi nommé en référence au personnage de Michel Tournier. 

« J’ai le sentiment que ce premier prix va inaugurer le début d’une nouvelle ère, se réjouit-elle. Il montre au grand public qui ne lit jamais de littérature jeunesse que c’est une littérature en soi, que l’on peut toucher le lecteur à partir de 13 ans, mais que cela n’exclut en rien les lecteurs plus âgés. »

Un récit magnifique sur le partage et la transmission entre générations. Anne-Laure est une personne formidable, nous nous réjouissons de cette reconnaissance très méritée. 

La quatrième : 


Ce soir, Nine, seize ans, n'ira pas à la fête de son lycée. Titania, sa mère, en a décidé autrement. Elle embarque sa fille vers une destination inconnue, une cabane isolée, au bord d'un lac. Il est temps pour elle de lui révéler l'existence d'un passé soigneusement caché. Commence alors une nuit entière de révélations...
Qui sont Octo, Orion et Rose-Aimé ? A qui appartient cette mystérieuse cabane ? Et ce vélo rouge, posé sous l'escalier ?
Au fil d'un récit souvent drôle, parfois tragique et bouleversant, Nine découvre un étonnant roman familial.
Quand l'aube se lèvera sur le lac, plus rien ne sera comme avant.


mardi 14 novembre 2017

Maryse Vannier Quatre années de jeunesse



Lauréate du Prix de la nouvelle de Rueil en 2016, Maryse Vannier nous livre dans Quatre années de jeunesse un témoignage réaliste et pudique de l'expérience de son cousin Léon. 

 « Entre mes mains, j'ai tenu les minces cahiers d'écolier sur lesquels mon cousin Léon avait consigné, à la plume et à l'encre, son emploi du temps presque quotidien depuis août 14 jusqu'à janvier 19. Les couvertures étaient tachées de la boue des tranchées, le papier s'était desséché et avait jauni, l'écriture restituait dans ses pleins et ses déliés les pressions de l'index du cousin. Une orthographe presque parfaite, un style simple, fluide et efficace. » 

Un texte fort, une écriture juste et précise pour cet hommage à toute
cette jeunesse fauchée par la barbarie humaine. 

jeudi 9 novembre 2017

Florence de la Guérivière, Les choses et Champagne

Nouvelliste et romancière, Florence de la Guérivière a fait partie de notre jury à deux reprises. Elle a publié Si loin soit L. aux éditions Desclée de Brouwer (2000), La main de Rodin aux éditions Séguier (2009) et Champagne ! aux éditions Inédits (2015).

La quatrième : 
L’enfer c’est les choses !
Choses de la maison, choses à faire, choses qui s’accumulent, choses qui tombent en panne : qui n’est jamais entré en conflit avec les objets du quotidien, ces démons qui nous pourrissent la vie ?
Les héros de cette histoire, ce sont eux. Mais derrière les déboires qu’ils font subir, drôles et anecdotiques, se profile une guerre sans merci, qui dégénère en prise de pouvoir sur les êtres…
Lauréate du Prix Albertine Sarrazin en 2008, cette nouvelle explore tout en finesse, et bien au-delà du gag, jusqu’où peut nous mener la tyrannie des choses.



mercredi 8 novembre 2017

Vous écrivez ? Jean-Philipppe Arrou-Vignod



Jean-Philippe Arrou-Vignod nous avait fait l'amitié de présider la première édition de notre concours. 
Son actualité de fin d'année est particulièrement riche. 

 Passionnés d'écriture, précipitez-vous sur son dernier ouvrage
"Vous Ecrivez ? Le roman de l'écriture" publié chez Gallimard. 

L'auteur parle de son expérience d'écrivain et d'animateur des Ateliers d'écriture de la NRF. 
"Ce petit livre n'est pas un cours. Moins encore une boîte remplie de clefs" nous dit-il dans l'article de Livres Hebdo du 27 octobre dernier. 
Il parle également du roman jeunesse dont il est une figure reconnue, comme auteur et éditeur, mais aussi de ses rituels face à la page blanche. 

Pour celui qui se lance, c'est un chemin vers le plaisir d'écrire et l'espoir de réussir. Pour les autres qui n'écrivent pas mais qui aiment les histoires, c'en est une passionnante : celle de l'écrivain qui les invente. 

Un récit inspirant pour toutes les plumes en devenir. 

mardi 7 novembre 2017

Alain Emery . Passage des Mélancolies



L'actualité d'Alain Emery - Président Don Quichotte 2015

Alain Emery a déniché lors d’une visite sur une brocante quelques photos d’une femme mystérieuse. il a surtout été attiré par un portrait en pied où on la voit nonchalamment appuyée conter un pilier de ciment au bord de ce qui semble être un lac ou un étang.

Son expression à la fois souriante et infiniment triste ne peut en effet que porter à la rêverie.

Il n’a rien pu apprendre de cette femme, sinon qu’elle s’appelait Suzy et qu’elle aurait été danseuse au Moulin rouge. Il a décidé de lui inventer une vie, transposant la partie cabaret au Casino de Paris. Ce court roman est un régal d’écriture, d’émotion et de beauté à l’égal de son héroïne. 


Editions la Gidouille

lundi 6 novembre 2017

Bertand Runtz,, L'effroyable beauté de vivre



Nous avons eu le plaisir d'accueillir Bertrand Runtz à plusieurs reprises dans notre jury. Sa plume sensible, délicate et poétique nous emporte une fois de plus dans ce recueil très réussi. Auteur exigeant et investi dans le monde de la nouvelle, Bertrand anime des ateliers d'écriture avec les scolaires pour l'association "Tu connais la nouvelle" dans le Loiret. Il est aussi photographe et sculpteur de livres. 
Avec ces treize nouvelles qui écrivent, comme dans un kaléidoscope, le roman de l’existence, Bertrand Runtz entraîne le lecteur dans un univers familier, aux personnages qui nous ressemblent.
Amour, divorce, deuil, passage à l’âge adulte, séparation, Bertrand Runtz trace dans ce recueil l’esquisse universelle des drames ordinaires de l’humanité.
Avec un humour parfois cruel, mais jamais dépourvu d’humanité, il met en scène les tragédies quotidiennes de l’existence comme ses petits bonheurs. Nous avons tous ressenti, un jour ou l’autre, cette effroyable beauté de vivre.


samedi 4 novembre 2017

Vincent Descotils sera à Fotofever Paris



Pour fêter les 5 ans de notre concours en 2016,  Vincent Descotils nous avait permis d'utiliser l'une de ses photographies pour amorcer l'écriture.
L'exercice avait intrigué, déconcerté, découragé... Mais au bout du compte, un palmarès de qualité était au rendez-vous !

Vincent Descotils sera présent à la fotofever de Paris  Carrousel du Louvre, Stand n°104, Courcelles Art Contemporain du 10 au 12 novembre 2017.




jeudi 2 novembre 2017

Quelques souvenirs...



Quelques photos de notre soirée de remise des prix 2016 
Merci à notre lauréate Loredana Cabassu
Envie de nous rejoindre ? 

Prochaine édition le samedi 18 novembre 2017
Réservez votre soirée !







mercredi 11 octobre 2017

Délibération ce vendredi !




Dernière ligne droite avant de connaître les lauréats de cette sixième édition !

La délibération aura lieu ce vendredi 13 octobre. 

Rendez-vous le 18 novembre pour une soirée conviviale de remise des prix. 

En attendant,  vous pourrez suivre sur ce blog l'actualité de tous les auteurs liés à notre concours...


A bientôt !


vendredi 8 septembre 2017

Loïc va nous manquer...

Loïc est parti cet été écrire de nouvelles histoires.
Candidat fidèle au concours Don Quichotte, participant assidu de l’Atelier d’Ecriture de la Médiathèque, il a, jusqu’au bout, tenu à écrire. Même quand tenir un stylo a été de plus en plus difficile.
On ne peut qu’admirer ce Monsieur qui a su allier gentillesse, humour et écoute attentive et bienveillante des autres. Et surtout il ne faut pas oublier son courage. Quel courage !
Alors pour toutes ces raisons, et bien d’autres encore, Loïc tu vas nous manquer.





Un court extrait du texte de Loïc envoyé pour notre 4ème édition en 2015

 D’UN PASSAGE À L’AUTRE


Je suis parti de rien, pas de diplôme, pas d’argent. J’ai travaillé, j’ai travaillé dur. À vingt-huit ans, j’ai déjà mon entreprise, une entreprise de peinture en bâtiment. J’ai trois compagnons avec moi. Je soigne la qualité. Je dis à mes gars : « Faites de la qualité, vous aurez du travail demain ». Les clients satisfaits me recommandent à leurs relations. C’est de la publicité gratuite. Je ne manque pas de travail. Je cherche maintenant des affaires dans les quartiers chics, là où on ne regarde pas trop le prix.
Je veux sortir du monde des petits, passer dans le monde des riches, je veux qu’ils me considèrent. Je veux vivre parmi les gens d’en haut, je veux voir les gens de haut. Je veux quitter mon studio et mon quartier pourri, acheter une Mercédès et un trois pièces dans le 8ème.
Quand j’ai rencontré Florence, j’ai tout de suite compris qu’elle était la chance de ma vie. Elle est de ce milieu, elle est chef de pub pour des crèmes de beauté, elle a fait des études. Elle sait que je veux réussir. Elle m’aidera à monter. « Tu te lances, tu es dynamique, tu vas réussir ». Elle m’admire, elle m’envie un peu. Elle croit en moi.


vendredi 16 juin 2017

samedi 1 avril 2017

En savoir plus sur notre Présidente 2017

Frédérique Trigodet, 70% de sud-ouest, 30% de Bretagne et un caractère de cochon. Collectionneuse de petits boulots (pigiste, serveuse, nounou, animatrice…), passe le reste de son temps à écrire et à lire.
Venue de la nouvelle noire, a vu plusieurs de ses textes publiés en revues (Encres Vagabondes, Sol’air, Rue Saint-Ambroise, les Hésitations d’une mouche...), ainsi qu'en recueils collectifs (éditions Antidata et La Cause du poulailler). Un bon petit paquet de ses fictions courtes et noires figurent au catalogue de Ska, éditeur numérique. Écrit régulièrement des nouvelles sentimentales pour le magazine « Nous deux ».
Créatrice de la revue « Pr’Ose ! » (nouvelle et texte court) qui a résisté pendant huit ans. Anime des ateliers d'écriture. Se balade sur le net sous le pseudo d'EmmaBovary. Et planche sur un roman. Découvrez une de ses nouvelles en cliquant sur le logo ci-dessous.





mercredi 8 mars 2017

L'actualité littéraire de notre jury


Des plumes diverses... des sensibilités variées...écrivent sur l'espoir
Tania Sollogoub, notre présidente 2016 et Bertrand Runtz, plusieurs fois dans notre jury ont écrit des textes pour ce recueil collectif ( Éditions du Jasmin.: 18 euros)
Vous y découvrirez également tous les auteurs talentueux ayant participé à ce projet.

Dans ces univers très différents, hommes, femmes et enfants affrontent souvent une réalité tragique qui les dépasse. Mais dans ce monde cruel s'insinue la force fondamentale de l'humanité : toujours croire à la possibilité d'un lendemain.

mardi 14 février 2017

L'actualité d'Emmanuel Roche notre Lauréat 2015

Encore une fois l'un des talents récompensés par le Prix Don Quichotte publie son premier ouvrage !

Emmanuel Roche avait reçu le 1er prix pour sa nouvelle "De l'autre côté de la rue".

Il a obtenu en 2016 le prix de la nouvelle de la ville d'Angers, en voici le recueil publié aux
Editions Paul&Mike. Pour y avoir vécu, l'auteur nous fait partager sa passion pour le sud des Etats-Unis. Avec la Nouvelle-Orléans en toile de fond, il nous entraîne dans un voyage historique et musical sur une période allant de 1865 à 2015. Nous attendons son prochain recueil avec impatience !

Vous pouvez le commander en cliquant sur la couverture.

 

Un piano à la Nouvelle-Orléans / Emmanuel Roche

 

Ce n’est pas par un hasard géologique si en traversant la Nouvelle-Orléans le Mississippi décrit ses nombreux méandres. Tout l’incite à se tortiller de la sorte : le jazz, le blues, l’Histoire, les histoires, les crises, tout impose le contrepied et le pas de danse. Emmanuel Roche nous le rappelle à travers ce dernier siècle et demi qui a connu la guerre de Sécession, l’esclavage, les Nègres puis les Noirs, la Dépression, la Prohibition, le carnaval. À travers ces 8 nouvelles, l’auteur explore tous ces aspects de la ville où le noir et le blanc se mélangent tels l’ébène et l’ivoire d’un piano à la Nouvelle-Orléans, sans jamais produire de gris.